L’année mythologique selon Eugène Grasset (1845-1917)

Janvier – Janus

1913-GRASSET01

Dans la mythologie romaine, Janus est un dieu à une tête mais deux visages opposés, gardien des passages et des croisements, divinité du changement, de la transition, auquel le mois de janvier est consacré. Dieu de premier rang dans la hiérarchie romaine (diuum deus), il a le privilège d’être invoqué avant toutes les autres divinités. En tant que dieu introducteur, il est avec Portunus un « dieu des portes » qui préside à l’ouverture de l’année et à la saison de la guerre (les portes de son temple étaient fermées quand Rome était en paix).

 

Février – Neptune

1913-GRASSET02

Neptune, du latin Neptunus, est le dieu des Mers et des Océans, ainsi que du règne aquatique. Neptune fils de Saturne et de Cybèle (ou Rhéa), était frère de Jupiter et de Pluton. Indépendamment des Neptunales, fêtes qui se célébraient au mois de juillet, les Romains consacraient à Neptune tout le mois de février.

 

Mars – Mars

1913-GRASSET03

Dans la mythologie romaine, Mars est le dieu de la guerre, dieu de première importance dans la Rome antique en tant que père de Romulus et de Remus, fondateur et protecteur de la cité. Mars jouait un rôle équivalent chez d’autres peuples du Latium et au-delà. Il fait partie de la triade précapitoline en compagnie de Jupiter et Quirinus. Mars est aussi le dieu responsable de la fertilité des cultures, dieu du printemps car c’est à la fin de l’hiver que commencent les activités guerrières et dieu de la jeunesse parce que c’est elle qui est employée dans les guerres.

 

Avril – Cybèle

1913-GRASSET04

Divinité de Phrygie, Cybèle est sans doute la plus grande déesse du Proche-Orient ancien, dont le culte a été importé à Rome, elle personnifie sous différents noms la puissance végétative et sauvage de la nature. Aussi est-elle placée au nombre des divinités de la Fertilité, et elle partage avec Jupiter, dans la religion romaine, le pouvoir souverain sur la reproduction des plantes, des animaux, des dieux et des hommes. Montée sur un char traîné par des lions, symbole de la force, elle tient une clef qui ouvre la porte de la Terre où sont enfermées les richesses.

 

Mai – Maia

1913-GRASSET05

Maia est une déesse romaine de la fertilité et du printemps ; elle fait partie des divinités primitives de Rome. Le nom de Maia est lié à celui du mois de mai ; l’un et l’autre nom se réfèrent à la croissance des végétaux (latin maius = « plus grand »). Les Romains l’ont parfois assimilée à Bona Dea, la « Bonne déesse », la considérant comme la forme de cette déesse qu’on adore au mois de mai. On l’assimile à la Fécondité et à la déesse Terre, à laquelle les flamines de Vulcain offraient le sacrifice d’une truie pleine (tout comme à Maia).

 

Juin – Junon

1913-GRASSET06

Dans la mythologie romaine, Junon, du latin Juno, est la reine des dieux et la reine du ciel. Fille de Rhéa et de Saturne, elle est à la fois sœur et épouse de Jupiter. Protectrice des femmes, elle symbolise le mariage lorsqu’elle est représentée recouverte de voiles, et elle est associée à la fécondité lorsqu’elle en tient l’emblème : la pomme de grenade. Le quatrième mois du calendrier romain aurait été nommé juin en son honneur par les Romains.

 

Juillet – Jupiter

1913-GRASSET07

Jupiter est le dieu romain qui gouverne la terre et le ciel, ainsi que tous les êtres vivants s’y trouvant. Il est aussi le père des dieux. Il a pour attributs l’aigle et le foudre (nom masculin dans ce cas). Il règne sur l’Olympe, et, d’un signe de tête, ébranle l’Univers. Il est le fils de Rhéa et de Saturne qui dévorait ses enfants à mesure qu’ils venaient au monde. Déjà Vesta, sa fille aînée, Cérès, Pluton, Neptune avaient été dévorés, lorsque Rhéa, voulant sauver son enfant, se réfugia en Crète, où elle donna le jour, en même temps, à Jupiter et à Junon.

 

Août – Cérès

1913-GRASSET08

Cérès est la déesse de l’agriculture, des moissons et de la fécondité. Elle est associée à la déesse grecque Déméter. Cérès a une fille unique, avec Jupiter, roi des dieux. Son nom est Proserpine, assimilée à la Perséphone des Grecs. Mais sa fille, alors qu’elle cueillait des fleurs avec ses amies, fut enlevée par le dieu du monde souterrain, Pluton. Cérès ne s’en remit pas et arrêta de se préoccuper de l’agriculture. Elle partit s’enquérir du jugement divin de Jupiter, qui ordonna à Proserpine de rester l’hiver aux Enfers, et de passer le reste de l’année avec sa mère.

 

Septembre – Vulcain

1913-GRASSET09

Vulcain, du latin Vulcanus, est le dieu romain du feu, de la forge, des volcans, des métaux et le patron des forgerons. Fils de Jupiter et de Junon, il est l’époux de Vénus. Il réside sous l’Etna où il forge les traits de foudre pour son père. Il est honoré chaque année par les Volcanalia. Les Romains l’ont identifié au grec Héphaïstos. Junon l’aurait engendré Vulcain par parthénogénèse, afin de se venger de Jupiter qui venait de donner naissance à Minerve sans concours féminin.

 

Octobre – Bacchus

1913-GRASSET10

Bacchus est un Dieu romain correspondant à Dionysos dans la mythologie grecque, beaucoup plus ancien. Les Romains l’ont adopté, comme beaucoup d’autres divinités étrangères dans la mythologie romaine, en l’assimilant avec le vieux dieu italique Liber Pater. C’est le dieu du vin, de l’ivresse, des débordements, notamment sexuels, ainsi que de la nature. Priape est un de ses compagnons favoris. Les fêtes de Bacchus s’appellent les bacchanales.

 

Novembre – Diane

1913-GRASSET11

C’est la fille de Latone et de Jupiter, sœur jumelle d’Apollon, née sur l’île de Délos. Témoin des douleurs maternelles, elle conçut une telle aversion pour le mariage, qu’elle obtint de son père la grâce de garder une virginité perpétuelle comme sa sœur Minerve (Athéna). Ces deux déesses reçurent de l’oracle d’Apollon le nom de Vierges blanches. Jupiter l’arma lui-même d’un arc et de flèches, et la fit reine des bois. Il lui donna pour cortège soixante nymphes, appelées Océanies, et vingt autres nommées Asies, dont elle exigeait une inviolable chasteté.

 

Décembre – Vesta

1913-GRASSET12

Vesta (pour les Romains) équivalente de Hestia (pour les Grecs, mot qui désigne « foyer de la maison ») est la déesse vierge du foyer. Elle est le symbole de la fidélité. Vesta, déesse du feu et du foyer, avait un culte qui, en Asie et en Grèce, remontait à la plus haute antiquité. Elle était honorée à Troie, longtemps avant la ruine de cette ville, et ce fut Énée qui, croit-on, apporta en Italie son culte et son symbole : il l’avait parmi ses dieux Pénates chargés de la garde du foyer et plus particulièrement des biens, du feu servant à faire la cuisine et du garde-manger.

Eugène_GrassetEugène Grasset sur Wikipédia

Musée virtuel consacré à l’artiste

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s