Rencontre avec le Maître : se taire

L’intégrité est le fondement absolu de l’état de disciple. Pas de Voie spirituelle sans intégrité. Pas de disciple sans enracinement profond dans la réalité du disciple. Tout postulant réel ne s’engage dans la Voie qu’en ayant au préalable recouvré son engagement primordial. Ainsi, est-il prêt à laisser le Maître déverser les torrents tumultueux de son être, Charrier les limons…

Sans Amour, est-il possible d’abandonner toute résistance et toute lutte ? Sans Amour, est-il possible d’entrer dans l’Inconnu ? Sans Amour, est-il possible de remonter jusqu’à la Source ? Sans Amour, est-il possible de répondre à l’Appel de l’Amour ? Sans Amour, peut-on accepter de ne plus être ? Sans Amour, reconnaît-on son ignorance ? Et sans Amour peut-on se laisser submerger par l’Amour ?

Il nous éprouva par la Conscience et aussi par la non-Conscience. Il nous tint près de Lui, tout ce temps et Il nous convia à l’Accueil. La Vie, Elle-même, devint l’Espace d’ouverture. La Vie, Elle-même, nous contraignit, par l’enserrement, à la plus violente des lectures. Lecture abondante, Lecture enseignante, codifiée, traduite. Mais, se taire, m’imposa-t-il avant même que je fusse à le reconnaître. Se taire, dans ce courbement, le chemin étroit de la droiture. Se taire et écouter. Ecouter la Voix provenue du Royaume de l’Âme. Nul n’entre en ce Royaume s’il n’abandonne pas les deux mondes…

Je Le vis, parce qu’Il m’enseigna l’effacement, parce qu’Il me mena par l’Amour. Mille assises n’attestent d’aucune réalité spirituelle. Mille génuflexions n’attestent d’aucune ouverture de la Conscience. Mille pensées n’attestent aucunement de la réalité de la pensée. Mille sentiments n’attestent aucunement de la perception… Le Silence est en la possibilité d’être en Silence… Alors, se taire et s’effacer.

5 commentaires sur “Rencontre avec le Maître : se taire

  1. Le bruit mental est un véritable enfermement. Croyance et identification avec la pensée, le piège de la majorité. Une des premières choses que l’on apprend sur la Voie, c’est le silence. Lissage de notre être par la pratique de la déférence au maître. Celle-ci agit en nous et nous propulse dans une véritable immatérialité qui devient un atout majeur en spiritualité. Tout le contraire de nos contemporains. Vous avez raison, Naïla : apprendre à se taire, à laisser notre bruit mental se dissoudre dans la réintégration de notre véritable être.

    Aimé par 2 personnes

  2. En effet, l’autorité du Maître impose d’emblée le silence afin qu’il entende de quoi se compose notre silence et nous en extraie les fruits, cela nous renverse. Nous ne pouvons pas ne pas contenir des bruits anciens liés à nos mémoires, et nos éventuels égarements, sinon nous n’aurions nul besoin de maîtres, pour effectuer ces opérations.

    Aimé par 1 personne

    • Eh bien ! Je crois en notre Maître intérieur, et je sais que le Maître extérieur fait saillir cette réalité. Il est un support, excellent du reste, pour que nous puissions nous voir, com-prendre notre réalité. Car, comme je l’écrivis quand j’étais adolescente : De nous à nous, nulle garantie. J’avais quatorze ans. J’avais compris que nous ne pouvions être notre propre garant. J’avais compris qu’il fallait trouver la juste mesure. Les soufis vont jusqu’à dire que même un mauvais maître, un faux, peut nous être salutaire. Mais cela est une autre histoire. Être le disciple, tout est là…

      Merci pour votre passage.

      A bientôt.

      Aimé par 2 personnes

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s