L’Unicité d’Être (Wahdat al Wujud)

Peinture de John Singer Sargent (1856-1925)

 

Il n’est de réelle Présence qu’en L’Unicité d’Être. Celle-ci est, incontestablement, à donner en L’Ultimité, les réalités de L’Existence, c’est-à-dire : l’apparition dans L’Être, le Manifesté. Comme Sa Réalité l’indique, Elle est, non-pas inconstance, ni éparpillement, mais bien Absoluité du Rapport au Monde par Lui en Lui. Tout cheminant est sur une Voie droite. Il ne saurait être dans la dispersion. Tout, de façon unitive, le ramène à cette Réalité-Une. Lors de cette Un-Tension qui procède de L’Appel intérieur, lors de son consentement mutuel qui vient précisément de cette Conscience, Le Chemin s’empare de lui et élimine progressivement tout ce qui n’est plus Le Chemin. Car celui-ci est en parfaite concordance avec Sa Finalité. Il ne saurait être différent. La finalité est à La Ressemblance de La Voie et La Voie est à La Ressemblance de La Finalité, c’est à dire La Demeure. Il est par un effet de Réflexivité, de Ressemblance à l’image de Ce qui l’appelle en lui. Lui est Lui (Huwa Huwa). Il ne saurait être une autre finalité, quand même, certains individus sont malheureusement à vivre une souveraineté qui ne procède nullement de L’Unicité d’Être. Ce qui domine la plupart des individus, c’est-à-dire l’ego, n’en possède hélas, aucune des singularités spécifiques. L’Acte d’Être révèle sans possibilité de se tromper, la Souveraineté de L’Âme. Il est plus juste de dire que Dieu est Le Souverain de nos âmes que de dire je suis souverain de moi-même. L’Etat de Souveraineté souveraine nous donne à La Présence sans discontinuité, quand même L’Absence n’est plus ressentie comme Absence, mais plutôt comme une latence, alors que la présence à cette Latence, devient aussi présence. Quand le Souverain règne en Sa Souveraineté, il devient serviteur. Il est, du reste un grand secret concernant cet état de servitude. Les convenances liées à La Seigneurie, Celle-même qui nous enseigne les actes de la pure et noble chevalerie, nous retient de l’exprimer. Un être en L’Unicité d’Être est présent à tout moment et sait s’effacer, c’est-à-dire, renoncer à son droit d’être, pour devenir présent à son Altérité. Il entre dans la dimension de L’Acte d’Être. C’est pour cela que L’Autre est un autre lui-même, et c’est ainsi que le serviteur ne dissocie nullement Le Temps du moi du Temps du Soi. Alors, La Présence est unitive. le cheminant ne peut éprouver le sentiment d’une appropriation quelconque de son temps, ni de sa personne. Il est dans ce que l’on appelle La Verticalité de son rapport au monde. De fait, il serait plus juste de dire que La Réalité Divine est Souveraine et agit pleinement en lui. Il s’agit donc des qualités essentielles qui sont le propre de L’Homme Universel, de l’Homme Transcendant.

Votre commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l’aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s