Kronos, ou La Réalité de la fin des Temps

Image associée

Nous n’avons jamais cherché le surnaturel. C’est-à-dire que nous n’avons nullement cherché les phénomènes et lors même qu’il m’arrivait de vivre ce que j’appelle des états de rupture avec ce que l’on nomme communément la rationalité, je ne m’y attardais jamais. Quelque chose en moi m’en a toujours empêché. Néanmoins, lors que nous pressentons que la réalité ne nous enferme pas, nous scrutons notre âme. Nous ne nous contentons pas de fabriquer de l’imaginaire, ni ne confondons le monde visible et la forme créatrice de L’Oeuvre de Vie. Ce qui est purement imaginaire relève souvent du psychisme qui se désire se cristalliser par ce qui est un semblant d’art. Tout ce qui n’est pas motivé par une intention initiale devient l’expression d’une maya. De fait, il s’agit souvent d’une forme pathologique de l’expression émotionnelle du moi. Le moi a peur. Il s’invente simultanément des possibilités de manifestations et argumente sans cesse pour se défendre, parce que précisément, il se sent menacé. Il faut du temps, beaucoup de temps pour naître. Neuf est le chiffre de la gestation. Neuf mois, neuf ans, neuf cycles…

Il se trouve que le surnaturel est partout. La vie est surnaturelle. Ce germe qui parvient à devenir autonome est un germe qui entre en ce Temps Zéro. Ce qui caractérise la fin des temps actuels est cette quasi inaptitude qui est de relier L’Essence aux choses. Plus que tout, l’on est à considérer que cette vie est superficielle, aussi superficielle qu’un écran. Sans relief. Sans correspondance. Sans hauteur ni profondeur. Les mentaux se figent en une linéarité chronologique. De nouveau, nous avons affaire avec kronos qui mange ses enfants. Ce temps qui n’est qu’une mesure éphémère devient la seule réalité de L’Homme. C’est précisément ce temps dont il fait l’exclusive mesure qui Le mange. Le Temps mange L’Homme. Mais, le temps ne peut manger l’homme que parce que lui-même mange le temps.

C’est en entrant au cœur des choses, et en se connectant au Pôle de notre Être que Le Soleil de notre caverne éclairera La Lune de nos parois. Il s’agit bien de l’oeuvre alchimique. Pourtant, aujourd’hui, il faut le dire : L’Homme est depuis toujours en cette Oeuvre, quand même il ne le comprend pas. Il y est. Nous y sommes tous. Tant que nous n’aurons pas compris Cela, nous demeurerons dans les limbes de nos dénis et de nos souffrances. Nous serons semblables à des déshérités ayant perdus jusqu’à la clé de notre propre Réalité.

Lors, il faut le savoir : nous avons été crées pour nous connaître et non nous lamenter psychiquement en pleurant sans cesse un monde que nous ne possédons même pas.  Le seul monde réel est Le Monde de la seconde éclosion. Le reste est une sorte d’autophagie permanente, voire délirante.

Un commentaire sur “Kronos, ou La Réalité de la fin des Temps

  1. A reblogué ceci sur L'actualité de Lunesoleilet a ajouté:
    Chronos (Saturne) est dans une posture affaibli dans sa phase rétro et conjonction decroissante avec Pluton. En Capricorne Saturne (Chronos) en est le maître absolu et de toute éternité, il en est l’instructeur, le porte parole, celui qui enseigne de bons conseils.
    Saturne conjonction au Noeud sud (Kétu/Queue du dragon), car le zodiaque (roue astrologique) c’est l’Ouroboros qui se mord la queue.
    Ça peut donner l’impression d’un retour a soi-même , après en avoir fait maintes fois le tour, mais il y a toujours quelque chose a decouvrir sur soi, on est jamais arrivé au bout du chemin, car la vie est un éternel recommencement.
    Dans la mythologie Saturne (Chronos) dévorent successivement ces enfants , sauf Jupiter que sa mère avait sauvé et remplacé par des pierres que Saturne avala . La peur de perdre son trône était la raison de cette folie barbare. La seule chose qui comptait pour Saturne (Cronos/Chronos/Kronos) c’était de garder le pouvoir , l’autorité suprême. Aujourd’hui Saturne a la corde au cou, même si son sextile avec Neptune peut lui donner une certaine forme d’espoir en des jours meilleurs.
    Saturne, porte sa croix, c’est son supplice d’autant que Jupiter/Zeus le roi des dieu depuis qu’il à détrôné Kronos (Saturne ) son père, se trouve actuellement au semi-sexile décroissant avec Saturne, le sablier s’écoule doucement jusqu’à la prochaine conjonction en décembre 2020 dans l’ombre de Pluton , ça va etre retentissant …
    Saturne aura du pain sur la Planche en tant que Dieu déchu qui ne veut peut-être pas voir ces erreurs passés ??
    Vous savez le passé nous rattrape et entre nous nous quitte pas des yeux (ce rapport de projection de l’ombre)
    Le psychiatre suisse Carl Gustav Jung définit l’ombre de la manière suivante :

    « L’ombre est quelque chose d’inférieur, de primitif, d’inadapté et de malencontreux, mais non d’absolument mauvais. » « Il n’y a pas de lumière sans ombre et pas de totalité psychique sans imperfection. La vie nécessite pour son épanouissement non pas de la perfection mais de la plénitude. Sans imperfection, il n’y a ni progression, ni ascension.
    Et l’ascension sociale cher au Capricorne (Saturne) détrôné par Jupiter (Sagittaire ) maison 12 du Capricorne, maison du karma.
    En conclusion , Jupiter est le maitre karmique de Saturne, cherchez l’erreur, vous n’en trouvez pas ?

    J'aime

Répondre

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion /  Changer )

Photo Google

Vous commentez à l'aide de votre compte Google. Déconnexion /  Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion /  Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion /  Changer )

Connexion à %s